Association Bloom

Contre la destruction de l'océan et des pêcheurs

Une ONG 100% efficace

Vous mobiliser Faire un don

Publication – Small is beautiful, but large is certified

BLOOM et ses coauteurs ont procédé à l’analyse exhaustive de toutes les pêcheries certifiées MSC depuis les origines du label. Découvrez les résultats de cette étude publiée dans la revue scientifique PLOS ONE.

Titre de la publication

Small is beautiful, but large is certified: A comparison between fisheries the Marine Stewardship Council (MSC) features in its promotional materials and MSC-certified fisheries

Présentation de la publication

Le label MSC (Marine Stewardship Council) a établi un cahier des charges lui permettant d’évaluer et de certifier les pêcheries durables. Il s’agit de l’une des certifications les plus anciennes et les plus connues dans le secteur de la pêche. On estime que 15 % des pêches mondiales sont certifiées MSC. Si le MSC est de plus en plus reconnu par les décideurs politiques comme étant un indicateur de succès d’une gestion des pêches, il est également critiqué pour la faiblesse de son cahier des charges et la trop grande indulgence des cabinets de certification l’appliquant. Cet écart entre la notoriété du label et sa mise en œuvre concrète pourrait être dû à la manière dont le MSC commercialise et promeut son image de marque.

BLOOM et ses coauteurs ont procédé à l’analyse exhaustive de toutes les pêcheries certifiées MSC depuis les origines du label.

  • Près de 500 rapports d’évaluation des pêcheries ont été analysés pour connaître la répartition des captures certifiées MSC par engin et type de pêche. Cela correspond à l’ensemble des données disponibles des premières pêcheries certifiées en 2000 jusqu’aux dernières données collectées, fin 2017.
  • Toutes les images (près de 400) montrant une activité de pêche ont été extraites de l’ensemble des rapports du MSC disponibles en ligne ainsi que de la page Facebook du compte international du MSC. Cette analyse commence en 2009 car aucun document officiel antérieur à cette date n’est accessible en ligne. Les images ont été analysées et comparées aux données de captures certifiées.

Auteurs de la publication

Dr Frédéric Le Manach

Directeur scientifique de BLOOM. Frédéric Le Manach a réalisé sa thèse sur les accords de pêche établis par la Commission européenne sous la direction de Daniel Pauly et de Philippe Cury

Dr Jennifer L. Jacquet
Professeur agrégée d’études environnementales à l’Université de New York, Etats-Unis

Dr Megan Bailey
Professeur agrégée au département des affaires maritimes de l’Université de Dalhousie, Canada

Charlène Jouanneau
Formée en océanologie, ancienne chargée de projet chez BLOOM, actuellement consultante en pêcheries, Concarneau, France

Claire Nouvian
Fondatrice et présidente d’honneur de BLOOM

Date de la publication

04 mai 2020

Nom de la revue scientifique

Plos One est une mégarevue scientifique, éditée quotidiennement par la Public Library of Science et diffusée exclusivement en ligne. Elle couvre tous les domaines de la science sans distinction. Lancée en 2006, PLOS One se propose de publier des articles scientifiques, évalués par un comité de lecture, en ne tenant pas compte de la perception de leur importance, du statut du journal ou de son facteur d’impact, pourvu que les travaux soient rigoureusement menés

Principaux résultats

Les méthodes de pêche les plus destructrices au monde, comme les chaluts de fond et les dragues, représentent 83% des captures certifiées MSC entre 2009 et 2017

imposture_msc_captures

Les résultats montrent que les pêcheries utilisant des petits navires et des engins passifs sont surreprésentées dans ses photos publicitaires : 64 % de ces photos montrent des engins passifs, alors que seulement 17% des captures certifiées MSC (et 40% des pêcheries) proviennent de ces engins passifs entre 2009 et 2017. De même, 49 % des photos montrent de petits navires, bien que 7% seulement des captures certifiées MSC (et 20% des pêcheries) soient effectuées par des navires de petite taille entre 2009 et 2017. Le MSC présente de manière démesurée des photos de petite pêche côtière, alors que les pêcheries portant son logo proviennent en grande majorité de la pêcherie industrielle.

small_is_beautiful_but_large_is_certified_figure

Contenus
associés

13 septembre 2017

Cibler des dauphins ? Une pratique durable selon le MSC…

Cibler des dauphins ? Une pratique durable selon le MSC…

24 février 2017

Feu vert pour la certification MSC d’une pêche minotière

Feu vert pour la certification MSC d’une pêche minotière

01 juin 2016

La crédibilité de l’écolabel "MSC pêche durable" de nouveau mise à mal

La crédibilité de l’écolabel "MSC pêche durable" de nouveau mise à mal

Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Marine Policy vient mettre à mal la crédibilité du Marine Stewardship Council (MSC), l’écolabel dominant le marché des produits de la mer. Elle montre que plusieurs pêcheries certifiées “durables” ciblent en réalité des stocks surexploités dont les quotas ne sont pas adaptés.

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs