Association Bloom

Contre la destruction de l'océan et des pêcheurs

Une ONG 100% efficace

Vous mobiliser Faire un don

12 juillet 2022

Victoire ! Le Parlement européen vient de voter l’interdiction de la senne démersale

Ce 12 juillet 2022, BLOOM et les pêcheurs côtiers du Nord de la France ont arraché de justesse (12 voix contre 11) le vote interdisant la senne démersale – une méthode de pêche dévastatrice – dans les eaux territoriales françaises de la Manche.

Les députés de la Commission de la Pêche du Parlement européen viennent de se prononcer sur l’amendement déposé par la députée EELV Mme Caroline Roose visant à interdire la senne démersale dans les eaux territoriales françaises. Jusqu’au dernier moment, BLOOM et les pêcheurs des Hauts-de-France et de Normandie ont mobilisé les députés, car certains élus défendant la pêche côtière étaient absents en ce 12 juillet. « En temps normal, l’écart aurait dû être plus creusé » explique Laetitia Bisiaux qui a mené la campagne avec les pêcheurs. « C’est donc un soulagement que l’interdiction ait été adoptée et ce, malgré la mobilisation des fidèles alliés des grands lobbies de la pêche industrielle qui sont surreprésentés en Commission de la Pêche », ajoute-t-elle.

La senne démersale est une technique de pêche apparentée au chalutage de fond. Elle a été développée à la fin des années 2000 par l’industrie néerlandaise qui a commencé à l’utiliser dans La Manche. La senne démersale est si dévastatrice pour les écosystèmes marins et les populations de poissons que les pêcheurs français qui s’y sont convertis – afin de rester compétitifs – sont aujourd’hui les premiers à en réclamer l’interdiction. 

Depuis plus de 10 ans, les pêcheurs côtiers tirent la sonnette d’alarme à propos des impacts de cette méthode de pêche mais se heurtent à l’indifférence totale des pouvoirs publics. Face à ce fléau social et environnemental menaçant l’avenir immédiat des pêcheurs côtiers, BLOOM a proposé à Caroline Roose un amendement d’interdiction afin que le Parlement européen prenne les mesures urgentes qui s’imposent. C’est désormais chose faite. « Les eurodéputés ont été alertés des impacts destructeurs de la senne démersale par des pêcheurs qui pratiquent eux-mêmes cette technique. Les députés ont entendu les alertes qui ont longtemps été ignorées. C’est un jour très important pour l’océan et pour les communautés de pêcheurs côtiers » souligne Laetitia Bisiaux.

Le rapporteur du texte1Texte 2021/0176(COD) modifiant le Règlement 2013/1380 : https://oeil.secure.europarl.europa.eu/oeil/popups/ficheprocedure.do?reference=2021/0176(COD)&l=en le député LREM / RENEW M. Pierre Karleskind, a demandé et obtenu un « mandat » lui permettant de commencer directement les négociations de « trilogue » sans passer par un vote en plénière du Parlement européen.

C’est à M. Karleskind que revient désormais la responsabilité de défendre la position adoptée par le Parlement européen lors des négociations de Trilogue entre le Conseil (les États membres), la Commission européenne et le Parlement européen. Ces trois institutions devront trouver un compromis d’ici la fin de l’année 2022 car l’un des enjeux de ce règlement est la prolongation de ce même article de la Politique commune de la pêche qui expirera le 31 décembre 2022. Sans accord en Trilogue sur le règlement, il n’y aurait donc un accès libre à tous les navires dans les eaux de l’Union européenne.

BLOOM continuera de suivre ce dossier d’une importance capitale pour l’océan et la survie du secteur de la pêche côtière.

POUR ALLER PLUS LOIN

Tout savoir sur la senne démersale, la nouvelle ‘pêche technologique’ des industriels Néerlandais ici.

Retrouvez notre communiqué annonçant le vote ici.

Découvrez la manifestation inédite des pêcheurs français et anglais pour demander l’interdiction de la senne démersale en Manche ici.

Décryptage du vote

L’analyse du vote confirme, sans surprise, les intentions des parlementaires recueillies par BLOOM. Tous les eurodéputés français ont soutenu cet amendement. Le député François-Xavier Bellamy (LR) a donné sa consigne de vote en faveur de l’amendement à sa remplaçante Mme Agnès Evren (LR). Fidèles défenseurs de la pêche industrielle, tous les autres députés des groupes de droite (PPE et ECR) – majoritairement des députés néerlandais et espagnols – ont rejeté l’amendement.

M. Pierre Karleskind (Renew) est le seul député de son groupe à avoir soutenu cette mesure. Bien que Rapporteur et Président de la Commission PECH, il n’a, de toute évidence, pas utilisé son capital politique pour obtenir une discipline de groupe. Cela dénote une stratégie potentiellement très dangereuse en trilogue qu’il faudra surveiller de près.

Le groupe des Verts et des socialistes ont voté l’interdiction de la senne démersale, à l’exception de Mme Clara Aguilera (S&D) qui s’est abstenue. Habituellement proche de l’industrie de la pêche, cette abstention a joué en faveur de la victoire. Quant à l’extrême gauche (GUE), la députée néerlandaise Anja Hazekamp a soutenu l’amendement alors que le député portugais Joao Pimenta Lopes s’est abstenu, une position habituelle des communistes portugais qui défendent une vision productiviste proche des industriels.

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs