Association Bloom

Contre la destruction de l'océan, du climat et des pêcheurs artisans

Une ONG 100% efficace

Vous mobiliser Faire un don

08 juillet 2014

Pêche profonde : la vérité enfin révélée !

Un communiqué de BLOOM, Deep Sea Conservation Coalition, Fondation GoodPlanet, Greenpeace, Les Amis de la Terre, OCEANA, WWF

La publication de données inédites révèle les contrevérités des autorités françaises sur la pêche profonde et une position injustifiable de la France sur la réforme du règlement européen

Le 2 juillet 2014, l’Ifremer a rendu publiques des données sur les activités de pêche profonde en France que les ONG réclamaient depuis le Grenelle de la Mer en 2009 ! Avec le lancement en juillet 2012 de la réforme du règlement encadrant la pêche en eaux profondes en Europe, ces données étaient devenues indispensables pour éclairer le débat public sur les implications qu’aurait l’une des mesures phare de la proposition législative de la Commission européenne : l’interdiction du chalutage profond. Or malgré les demandes répétées des ONG visant à connaître le nombre exact de chalutiers de fond œuvrant au-delà de certaines profondeurs, le secrétariat d’Etat à la pêche et la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA) ont refusé la coopération et la transparence.

Contrevérités des autorités françaises sur le nombre de bateaux concernés

En exigeant la publication des données[1], la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a mis fin au règne de l’opacité et permis des révélations d’envergure. Le document confirme ce que les ONG soupçonnaient : le gouvernement et l’administration ont masqué la réalité des faits, y compris devant la représentation nationale, en affirmant que les navires qui seraient affectés par le règlement étaient « en nombre très important »[2]. Le rapport de l’Ifremer conclut au contraire que « le nombre de navires ayant une activité au chalutage de fond en eaux profondes est faible ». En effet, en 2012 seuls 12 chalutiers français fréquentaient des profondeurs de plus de 600 mètres plus de 10% de leur temps et seulement 10 d’entre eux pêchaient au-delà de 800 mètres de profondeur[3] ! En prenant un seuil de 10 heures d’activité par an (soit une journée de pêche annuelle !), le nombre de navires chalutant au-delà de 800 m de profondeur n’était que de 26 !

Il faut ajouter à cela qu’Intermarché a annoncé en janvier 2014 que ses six chalutiers spécialisés en espèces profondes ne traineraient plus leurs filets au-delà de 800 mètres de profondeur à partir de 2015. L’engagement de l’enseigne s’étend en outre aux trois chalutiers rachetés à Dhellemmes en juin 2014 qui disposent d’un permis de pêche pour les espèces profondes[4]. Cela signifie que si l’interdiction du chalutage profond intervenait aujourd’hui à partir de 800 mètres de profondeur, seul un navire français serait concerné par la réglementation.

« Les informations agrégées par l’Ifremer prouvent que les élus socialistes de Bretagne ou du Nord Pas-de-Calais, à commencer par le secrétaire d’Etat à la pêche Frédéric Cuvillier, ont menti en martelant que l’interdiction du chalutage profond aurait « de très lourdes conséquences socio-économiques »[5]. C’est faux. Aujourd’hui, Frédéric Cuvillier défend l’activité d’un seul bateau. Et encore, celui-ci ne pêche en profondeur qu’un tiers de son temps… » commente Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM, dont la pétition contre le chalutage profond atteint des records historiques avec près de 860 000 signataires à l’heure actuelle.

« La position défendue jusqu’