Association Bloom

Contre la destruction de l'océan et des pêcheurs

Une ONG 100% efficace

Vous mobiliser Faire un don

28 octobre 2021

« L’imposture océanique » de Catherine Le Gall : illustration de la propagation des narrations mensongères des lobbies de la pêche industrielle

La semaine dernière paraissait ‘L’imposture océanique’ de Catherine Le Gall. Dans ce livre et les différentes interviews, l’autrice relaie inexactitudes, erreurs factuelles, et théories du complot propagés depuis des années par les lobbies de la pêche industrielle pour tenter de décrédibiliser BLOOM.

Madame Le Gall affirme en premier lieu que “BLOOM cible les pêcheurs”. Elle parle de “campagne de harcèlement” à leur encontre et d’une volonté de vouloir “faire disparaître cette profession” (Télérama 26 Octobre 2021). Une manipulation qui transforme la lutte de BLOOM contre la pêche industrielle, destructrice de l’environnement et des emplois, en une lutte contre les pêcheurs. Ainsi la dénonciation par BLOOM en 2013 avec la BD de Pénélope Bagieu des pratiques destructrices de la SCAPECHE, l’un des plus gros armements industriels français, propriété du Groupement Les Mousquetaires (Intermarché, Netto, etc.) et basé à Lorient, devient dans le livre une “obstination […] contre les pêcheurs bretons”.

Les campagnes successives de BLOOM pour la défense des pêcheurs artisans (comme par exemple ‘Osons sauvegarder la petite pêche artisanale’ lancée au début de la crise du COVID), les combats menés avec des organisations de petits pêcheurs comme LIFE (et ayant conduit notamment à l’interdiction de la pêche électrique au niveau européen), ainsi que l’ensemble de nos prises de position montrent clairement où se situe le combat de BLOOM et mettent en lumière une narration mensongère de la part de Catherine Le Gall.

Elle s’attaque ensuite à l’indépendance de BLOOM. Elle conclut, en s’appuyant sur le financement de BLOOM par la fondation PEW à hauteur de 10% en 2015 et une démonstration kafkaïenne, que nous serions sous l’influence de la philanthropie américaine et ferions partie d’une “galaxie d’ONG pro-business”. Nos victoires législatives européennes contre des méthodes de pêche industrielles destructrices, nos révélations sur le label MSC, l’ensemble de nos recherches parues dans des revues scientifiques internationales, nos prises de positions et actions pour sortir d’une logique d’accaparement et de destruction du bien commun par une poignée d’intérêts privés et les attaques permanentes des lobbies industriels contre BLOOM illustrent une toute autre réalité.

Madame Le Gall tient en outre un discours extrêmement dangereux lorsqu’elle prétend que “la plus grande menace pour les océans n’est pas la surpêche mais les gaz à effet de serre”. Ce n’est pas ce que dit la communauté scientifique : le rapport 2021 de l’IPBES (l’équivalent du GIEC pour la biodiversité), confirme que sur les 70 dernières années la principale source d’impact négatif sur les écosystèmes marins est la surpêche. BLOOM lutte depuis 15 ans pour désenclaver ce sujet majeur et faire la transparence sur le rôle désastreux de la pêche industrielle dans la destruction de l’océan et des emplois. En 2021, il est tout simplement inconscient d’essayer de renvoyer ce sujet aux oubliettes ou de mettre en concurrence les différentes causes de destruction de l’océan.

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs