Association Bloom

Contre la destruction de l'océan et des pêcheurs

Une ONG 100% efficace

11 février 2015

La fermeture de la pêcherie de bar : au-delà de la crise européenne

Le 26 janvier, la Commission européenne annonce une mesure d’urgence pour protéger le bar : fermeture de la pêcherie pour les chaluts pélagiques (qui ne touchent pas le fond) pendant la période de reproduction jusqu’à fin avril. Les pêcheurs sont montés au créneau mais des voix discordantes se sont faites entendre, notamment parmi les pêcheurs de ligne, qui soutiennent la mesure.

Qu’est-ce qu’une mesure d’urgence ?

Le Conseil des Ministres européens a pour rôle de fixer les quotas de pêche chaque année dans le cadre de la Politique Commune de la Pêche. Dans le cas d’un échec de ces négociations et au vu des données scientifiques disponibles, la Commission européenne a cependant le pouvoir d’imposer la fermeture en urgence d’une pêcherie particulière, à la demande d’un Etat membre ou de son propre chef, et si elle estime qu’un stock de poissons est menacé[1].

Fermeture de la pêcherie pélagique de bar

Débarquements internationaux de bar en Manche et en Atlantique par ‘stock’[2]

Dans les eaux européennes, le bar est surtout une affaire de Français. “Les pêcheurs français réalisent plus de 70% de ces captures, suivis par leurs collègues belges et néerlandais. Pour 2015, le CIEM (Conseil International pour l’Exploration de la Mer) a recommandé une baisse de 80% des captures en Manche et mer du Nord”[3], mais sachant que les négociations allaient être difficiles pour obtenir un quota de bar élevé pour la France, nos représentants ont préféré ne pas trouver d’accord, quitte à risquer une mesure d’urgence de la Commission européenne.

C’est ce qui est arrivé le 26 janvier dernier : le dernier Conseil des Ministres européens s’étant quitté sans accord, la Commission européenne a été saisie par le Royaume-Uni le 19 décembre 2014 et a imposé une fermeture le 26 janvier jusqu’à fin avril pour les chaluts pélagiques en Mer du Nord et Mer Celtique.

La Commission européenne a sorti une infographie pour expliquer la fermeture (en anglais). Voir ICI

Colère du Comité des Pêches et des Élus bretons

Les pêcheurs chalutiers français se sont offusqués de cette emprise de Bruxelles sur leurs pratiques de pêche :

Le journal Le Marin a relayé le communiqué du Comité National des Pêches :

“Les pêcheurs français dénoncent la méthode scandaleuse employée par l’administration britannique pour faire interdire une pêcherie importante pour la France […] et s’inquiètent vivement de la situation économique dans laquelle vont se trouver les entreprises concernées avec des risques de report d’activité vers d’autres pêcheries dans le golfe de Gascogne”[4].

Dans le journal Le Télégramme, “José JOUNEAU, président du comité des pêches des Pays de la Loire [26 bateaux], dénonce une décision “inéquitable” et prévient : “Très clairement, on cible une pratique, les pélagiques se sentent trahis.””[5]

©Le Télégramme

Des députés européens et nationaux ont également apporté leur soutien aux pêcheurs. On retrouve autour de la table des habitués de l’entreprise de dénigrement menée contre l’interdiction de la pêche profonde : Isabelle Thomas (PS) et Alain Cadec (UMP) au premier plan et Gwendal Rouillard au fond à gauche (PS)[6].

Un autre son de cloche : les ligneurs de bar

L’association des ligneurs de la pointe de Bretagne s’est quant à elle félicitée de cette fermeture de la pêche au bar jusqu’en avril pour les chaluts pélagiques. Elle justifie sa position en critiquant l’aberration écologique qu’est une pêche pendant la période de reproduction de l’espèce ciblée :
“Comment en sommes-nous arrivés là ? Cette pêcherie du bar au chalut pélagique est d’un développement récent et avant 1995 les captures n’étaient que marginales. Comment expliquer que, sur cette période, seule la France ait autorisé et encouragé le développement de cette flottille opérant sur la ressource « bar » exclusivement pendant la période de reproduction ?

Dans le même temps, les autres Etats faisaient tout pour brider cette activité, allant même jusqu’à en interdire la pratique à leurs ressortissants ? Il tombe sous le sens que pêcher un poisson sur ses frayères c’est un peu couper la branche sur laquelle on est assis.”

Bien que des ligneurs soient membres du Comité des Pêches, ils ne s’y sentent pas représentés. L’association a en effet critiqué les mécanismes de représentation des pêcheurs qui ne reflètent pas toutes les réalités du métier et qui préfèrent critiquer Bruxelles plutôt que de prendre des mesures de protection des espèces en amont :

“Les représentants du segment le plus productiviste des pêches professionnelles ont phagocyté les instances décisionnelles, bloquant toute décision courageuse, et initiant années après années les seules mesures favorisant leur prise de profit immédiat sans la moindre considération pour les impératifs de préservation des ressources. Ce fiasco dans la gestion du bar, c’est la faillite d’un système de représentation professionnelle qui n’a pas su s’appuyer sur une composition paritaire des différentes composantes de la pêcherie. Un système qui n’a pas su associer scientifiques, pêcheurs de loisirs, ONG, élus politiques à un défi qui nous intéresse tous.

Alors quand nos représentants professionnels poussent leurs cris d’orfraie, dénonçant des mesures aux conséquences dramatiques, nous les renvoyons à leur propre responsabilité. Elus présidents de toute une communauté, ils auraient dû défendre les intérêts de tous. Au lieu de cela, ils ont servi les seuls intérêts de leurs électeurs, avec un parti pris coupable et une vergogne sans pareille.”[7]

Voir ICI un sujet de France 3 sur les ligneurs de bar

Le 15 mars 2015, l’Association des ligneurs de la pointe de Bretagne s’inquiètent dans un communiqué (ICI) de l’absence d’effets de la fermeture pour les chaluts pélagiques. Ils craignent “l’effondrement brutal du stock de bar” qui commencerait avec la disparition des juvéniles.

Comme pour la pêche profonde[8], le dossier du bar est symptomatique du jeu politique tactique entre élus, lobbies de la pêche industrielle et diplomatie européenne. C’est pourquoi il était important d’entendre un autre son de cloche, en l‘occurrence celui des ligneurs de bar.

 

[1]Elle utilise alors l’Article 12 du Règlement relatif à la Politique Commune de la Pêche : Mesures de la Commission en cas de menace grave pour les ressources biologiques de la mer http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2013:354:0022:0061:FR:PDF

[2]Modifié de http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2014/529083/IPOL_STU%282014%29529083_FR.pdf

[3] www.goodplanet.info/actualite/2015/01/20/lue-ferme-jusquen-avril-la-peche-au-bar-pour-assurer-sa-survie

[4]http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/20797-la-fermeture-du-bar-officialisee-les-modalites-darrets-attendues

[5]http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/peche/20690-bar-la-flottille-pelagique-denonce-une-mesure-discriminatoire

[6]http://www.letelegramme.fr/bretagne/peche-au-bar-les-elus-montent-au-filet-18-01-2015-10495776.php

[7]http://www.lepecheurresponsable.com/media/kunena/attachments/63/communique_de_presse_01_15.pdf

[8]Voir le documentaire de BLOOM “INTOX Enquête sur les lobbies de la pêche industrielle” https://www.youtube.com/watch?v=nGo69qwRBmc

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs