Association Bloom

Contre la destruction de l'océan et des pêcheurs

Une ONG 100% efficace

Vous mobiliser Faire un don

09 juillet 2022

Parlement européen : un vote de survie pour les pêcheurs du Nord de la France

Le 12 juillet prochain, juste avant la trêve estivale, se tiendra un vote crucial pour l’océan et les pêcheurs côtiers : les 28 députés de la Commission de la pêche du Parlement européen doivent se prononcer sur l’interdiction d’un engin de pêche industrielle dans les eaux territoriales françaises en Manche : la ‘senne démersale’.

Cette technique de pêche apparentée au chalutage de fond a été récemment développée par l’industrie néerlandaise et est apparue en Manche à la fin des années 2000. La ‘senne démersale’ est si dévastatrice pour les écosystèmes marins et les populations de poissons que les pêcheurs français qui s’y sont convertis sont les premiers à en réclamer aujourd’hui l’interdiction.

Les industriels néerlandais vantent une nouvelle fois, comme ils l’ont fait avec la pêche électrique, l’invention d’une « pêche technologique » consommant moins de carburant et représentant une « solution climat » en omettant de préciser que cet engin mobile et tracté sur les fonds n’est absolument pas sélectif, qu’il dévaste la biodiversité océanique ainsi que les fonds marins et le climat en resuspendant le carbone stocké dans les sédiments.

Alors que dans les discours, les députés sont prompts à défendre les « petits » pêcheurs ou à évoquer le besoin de préserver les « équilibres sociaux et économiques » le long du littoral européen, ce vote mettra leurs déclarations à l’épreuve et révèlera leurs vision de l’avenir : les eurodéputés vont-ils tourner le dos à la course technologique vouant l’océan à une hyper-efficacité permettant de siphonner les fonds marins jusqu’au dernier poisson et menant à la ruine des territoires et des pêcheurs qui y opèrent de père en fils depuis des générations ? Ou vont-ils assumer leurs liens aux lobbies et encourager la concentration des moyens de capture dans les mains d’un très petit nombre d’acteurs de la grande pêche industrielle ? D’un côté, les pêcheurs côtiers opérant sur des zones de pêche ancestrales. De l’autre, des unités industrielles hyper mobiles et financiarisées, fondant sur la ressource jusqu’à épuisement avant de se déplacer vers d’autres zones de pêche, dans une logique de surexploitation séquentielle.

Ces raisons ont poussé plusieurs régions de France à interdire, de façon préventive, cet engin dans leurs eaux territoriales.1La senne démersale est déjà interdite dans les eaux territoriales d’Aquitaine, de Bretagne et d’une partie de la Normandie. En ce sens, un rapport de l’Assemblée nationale en France préconise  de « réglementer de manière uniforme au niveau national l’accès des navires à la bande des douze miles en interdisant notamment l’usage dans cette zone de certains engins de pêche particulièrement efficaces, tels la senne danoise [démersale] A défaut d’une interdiction générale de la senne démersale dans toute l’Union, la Commission de la pêche du Parlement européen peut prendre une mesure d’urgence le 12 juillet en adoptant l’amendement déposé par l’eurodéputée Caroline Roose,2https://bloomassociation.org/wp-content/uploads/2022/07/AM-demersal-seine-Roose-Bompard-Mebarek.pdf visant à interdire la senne démersale dans la région qui en subit de plein fouet les conséquences désastreuses : le Nord de la France.

BLOOM a recueilli 13 intentions de vote en faveur de cet amendement cosigné par Nora Mebarek (PS) et Manuel Bompard (FI). Or il faut 15 voix pour avoir une majorité en Commission de la pêche du Parlement. Deux députés français jouent donc un rôle déterminant pour emporter la bataille : M. Pierre Karleskind (Renaissance-LREM), en sa qualité de rapporteur du texte et de Président de la Commission de la pêche du Parlement européen, et M. François-Xavier Bellamy (LR), en tant que chef de la délégation française du PPE au Parlement. Tous deux sont en position de convaincre leur groupe politique de voter en faveur de la protection des pêcheurs côtiers ancrés sur leurs territoires contre la grande pêche industrielle mobile.

Pour aller plus loin

Cet amendement porte sur l’article 5 de la Politique commune de la pêche qui concerne l’accès aux eaux territoriales des autres Etats membres. Les pêcheurs néerlandais et belges ont des droits historiques qui leur permettent de venir pêcher dans ces eaux à condition qu’ils utilisent des engins de pêche dits « traditionnels ». Or, la senne démersale est une technique dite « innovante » qui nécessite une assistance informatique et qui ne peut pas être qualifiée de traditionnelle. L’amendement déposé par Caroline Roose permet de conserver les droits historiques des engins traditionnels tout en excluant la senne démersale.

La senne démersale consiste à déployer un câble sur les fonds marins en formant un polygone couvrant une surface gigantesque de 3 km² afin de capturer tous les poissons piégés à l’intérieur du mur de sédiments soulevés par les câbles.3Cette donnée a été publiée par Rolf Groeneveld – économiste spécialiste des ressources naturelles à l’Université de Wageningen – sur son blog

Tout savoir sur la senne démersale, la nouvelle ‘pêche technologique’ des industriels Néerlandais ici

Contenus
associés

07 juillet 2022

La senne démersale, la nouvelle ‘pêche technologique’ des industriels Néerlandais

La senne démersale, la nouvelle ‘pêche technologique’ des industriels Néerlandais

Le 16 janvier 2018, les eurodéputés votaient à une large majorité l’interdiction de la pêche électrique afin de protéger les écosystèmes marins et les pêcheurs artisans. Mais les innovations destructrices développées par l’industrie de la pêche néerlandaise continuent de faire des ravages dans l’océan et de causer la faillite des pêcheurs artisans. Un engin de pêche apparu il y a une quinzaine d’années est plus que jamais sous le feu des critiques : la « senne démersale ». Alors qu’il existe très peu d’études scientifiques concernant l’impact écologique de la senne démersale, les quelques rapports sur le sujet montrent que cet engin est une bombe écologique pour la biodiversité marine.

08 décembre 2021

BLOOM demande un moratoire immédiat sur la senne démersale

BLOOM demande un moratoire immédiat sur la senne démersale

BLOOM a adressé un courrier au Commissaire européen en charge de la pêche afin qu’il prenne des mesures urgentes contre le déploiement de la senne démersale : un moratoire général dans les eaux européennes. Cette technique de pêche est dénoncée par les pêcheurs pour son impact écologique et social en raison de son efficacité redoutable.

09 mai 2022

Pêcheurs français et anglais s’unissent pour demander un moratoire sur la senne démersale

Pêcheurs français et anglais s’unissent pour demander un moratoire sur la senne démersale

Aux côtés des pêcheurs artisans français et anglais, BLOOM se mobilise avant le vote d’un amendement au Parlement européen qui vise à interdire la senne démersale dans les 12 milles français.

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs