Association Bloom

Contre la destruction de l'océan et des pêcheurs

Une ONG 100% efficace

Notre programme “Accords de pêche”

Accords de pêche Nord/Sud : aide au développement ou pillage des écosystèmes marins ?

BLOOM étudie les accords de pêche permettant, en échange de contreparties financières plus ou moins importantes, aux flottes industrielles de pêche de certains pays — comme ceux de l’Union européenne, la Chine, le Japon, la Russie etc. — d’exploiter les eaux poissonneuses de nombreux pays en développement, notamment en Afrique. Aide au développement ou pillage des écosystèmes marins ?

Quel est le problème ?

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux États ont massivement subventionné le secteur de la pêche de façon à structurer une filière industrielle efficace. La sur-capacité de pêche ainsi créée a rapidement entraîné l’effondrement de nombreuses populations de poissons dans le monde et l’érosion d’écosystèmes entiers.

Une surexploitation en domino

Pour compenser la diminution des captures à proximité de nos côtes qui s’ensuivit, de nouvelles subventions ont été allouées aux flottes des pays industrialisés dans le but d’étendre leurs activités dans des eaux plus lointaines. De nouveaux navires, plus puissants encore, ont été construits.

Une exportation de la capacité de pêche

Ces grands navires industriels ont déployé leur effort de pêche dans les eaux des pays en voie de développement par le biais d’accords de pêche, créés au début des années 1980 dans le but d’approvisionner les marchés occidentaux sans avoir à réduire leur effort de pêche.
De nos jours, ces accords sont très répandus et concernent principalement des pays européens (Espagne et France en tête), la Chine, Taïwan, la Corée du Sud, le Japon, la Russie et les États- Unis.

Les accords de pêche sont généralement critiqués pour leur opacité et iniquité, même si ceux de l’Union européenne sont généralement considérés comme étant les moins mauvais : les négociations se déroulent à huis clos et les données économiques ne sont que très peu divulguées. Les accords comportent très peu d’incitations pour les pêcheurs étrangers à bien se comporter, et le gain pour les « pays partenaires » est souvent ridicule alors que les bateaux étrangers — mesurant parfois plus de 140m — concurrencent les petits pêcheurs locaux.

En quoi est-ce alarmant ?

Les accords de pêche inéquitables et opaques posent un grave problème de sécurité alimentaire dans les pays en développement et peuvent conduire à une perturbation économique des équilibres locaux, à un affaiblissement de la gouvernance régionale, à l’augmentation de la corruption et des flux migratoires. In fine, la gestion inéquitable et court-termiste de ces accords de pêche alimente la déstabilisation des systèmes politiques, y compris en Europe.

Cet état de fait n’est pas une fatalité. La nature et les communautés humaines peuvent et doivent être résilientes. Ce n’est pas seulement un objectif sain : c’est l’unique option viable pour la planète et l’humanité. Si nous ne parvenons pas à résoudre les problèmes de ressources, d’emplois et de sécurité alimentaire, l’UE et d’autres nations puissantes comme la Russie ou la Chine contribueront directement à l’appauvrissement extrême du Sud et créeront les conditions propices à des migrations économiques massives et plus encore de tragédies humaines.

Les solutions que nous proposons

BLOOM développe un programme de recherche étendu sur les accords de pêche européens, puis sur les accords de pêche en général, établis avec les pays africains. L’analyse du contenu des accords et le partage de nos données avec les pays partenaires permettront de renégocier leurs termes, de mettre en œuvre des plans de gestion durables à long terme et d’accroître les normes socio-économiques et environnementales d’accès aux ressources souveraines des pays tiers. Les pays africains pourraient ainsi être incités à établir des critères d’accès stricts à leurs eaux.

Ce travail de recherche est fondamental car :

1 – Il traite d’un enjeu crucial de sécurité alimentaire ;
2- Il est le seul moyen d’influencer les pratiques des flottes non-européennes ;
3- Il permettra d’augmenter la transparence et l’équité de ces échanges commerciaux Nord-Sud ;
4- Personne ne se penche actuellement sur le contenu des accords.

Les bénéfices de ce programme

L’objectif final de ce projet est d’améliorer la conservation du milieu marin en Afrique, d’arrêter l’exportation de la surcapacité de pêche du Nord vers le Sud et de protéger les communautés de pêcheurs en limitant la concurrence avec les pêcheries industrielles étrangères. Par le biais de partenariats avec des ONG locales, nous chercherons également à accroître la capacité de négociation des gouvernements des pays d’Afrique et de l’Océan Indien et à susciter la création de programmes de pêche durable.

L’objectif de ce projet est aussi de faire progresser la transparence des accords de pêche. Notre recherche solide et notre base de données unique nous permettront d’exposer les nombreuses lacunes économiques, environnementales et éthiques des accords actuels.
Les travaux de BLOOM visent à combler le fossé entre les logiques supranationales et les efforts locaux de conservation marine. Notre position n’est pas de combattre la pêche lointaine et les flottes étrangères par principe, mais d’accroître les normes de bonnes pratiques des pays étrangers pêchant en Afrique et d’accompagner ainsi les acteurs industriels vers une pêche durable tout en préservant les pêcheurs artisans.

L’équipe du programme

  • Dr. Frédéric Le Manach — Directeur scientifique de BLOOM
  • Dr. Djiga Thiao — Consultant, chercheur à l’institut de géographie et durabilité, Université de Lausanne (UNIL ; Suisse)
  • Dr. Mialy Andriamahefazafy — Consultante, chercheure à l’institut de géographie et durabilité, Université de Lausanne (UNIL ; Suisse)
  • Dr. Timothée Cook (2018-2020)
  • Dr. Mathieu Colléter (2017)

Les partenaires

OAK Foundation, The Waterloo Foundation, Fondation 2050, Fondation Ensemble, Agence Française de Développement

Contenus
associés

Notre programme “Les subventions à la pêche”

Notre programme “Les subventions à la pêche”

Pour réussir à supprimer les subventions encourageant la surpêche, il est nécessaire d’obtenir une transparence complète sur ces financements et d’analyser toutes ces données avec précision.
Nos enquêtes

Nos enquêtes

De la capture du poisson à sa consommation, BLOOM vous éclaire sur les pratiques de la filière pêche

Notre programme “Labels”

Notre programme “Labels”

Faut-il se fier aux écolabels des produits de la mer pour consommer du poisson de manière responsable ?

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs