Association Bloom

Contre la destruction de l'océan, du climat et des pêcheurs artisans

Une ONG 100% efficace

Vous mobiliser Faire un don

15 points pour sauver l’océan, le climat et les emplois

La prochaine mandature européenne sera cruciale pour protéger l’océan et amorcer une véritable transition sociale et écologique. BLOOM propose aux candidats de s’engager publiquement à allier justice sociale et volontarisme écologique au cours de la mandature 2024-2029 pour mettre en œuvre les recommandations suivantes.

1. Désarmer les bulldozers des mers d'ici 2030

Pour restaurer l’intégrité physique des habitats océaniques et l’abondance marine, il est indispensable d’interdire les engins de pêche destructeurs qui raclent les fonds marins tels que le chalut de fond ou la senne démersale. Ces techniques ont recours à des filets et des câbles tractés sur les fonds marins qui détruisent la faune et la flore marine sur de gigantesques surfaces. La flotte française de chalutiers de fond opérant dans l’Atlantique Nord-Est racle ainsi en moyenne une superficie de fonds marins estimée à 600 000 km2, soit une superficie équivalente en ordre de grandeur à celle de la France métropolitaine1BLOOM (2024) Changer de cap. Pour une transition sociale-écologique des pêches. Ce faisant, ces engins de pêche remettent en suspension les sédiments marins, l’IPBES et le GIEC s’accordant à dire que, « à l’échelle mondiale, on estime que la perturbation du carbone des sédiments marins précédemment non perturbés par le chalutage libère l’équivalent de 15 à 20 % du CO2 atmosphérique absorbé annuellement par l’océan »2IPBES, GIEC (2021) : IPBES-IPCC co-sponsored workshop report on biodiversity and climate change. Par ailleurs, les engins traînants comme le chalut et la senne sont très peu sélectifs. On estime qu’à elle seule, la technique du chalutage est responsable de 93% des rejets dans les pêches européennes3Seas at risk, Oceana (2022) : Exploring alternatives to Europe’s bottom trawl fishing gears . Enfin, le chalutage consomme de grandes quantités de carburant afin de pouvoir tracter le chalut sur le fond : la capture d’un kilo de poisson pêché au chalut requiert 1 à 2 litres de gasoil et émet jusqu’à 6 ou 8 kg d’équivalent CO2, soit quatre à dix fois plus que des pêches au filet ou au casier4Gascuel (2019) : Pour une révolution dans la mer. De la surpêche à la résilience.

Pour mettre fin à la destruction des fonds marins et de la richesse des assemblages biologiques océaniques, et pour réduire drastiquement les émissions de CO2, il est indispensable d’engager un plan de « déchalutisation »5Gascuel (2023) La pêchécologie. Manifeste pour une pêche vraiment durable exhaustif des pêches européennes à horizon 2030, en réduisant le recours au chalut de 30% en 2025, avant sa disparition progressive à horizon 2030.

NOS DEMANDES :

  • Engager un plan de déchalutisation des flottes de pêche européennes, avec l’objectif d’avoir désarmé, converti ou sorti l’ensemble de la flotte de chalutiers d’ici 2030 tout en garantissant aux pêcheurs un accompagnement financier juste et solidaire ;
  • Interdire la construction de nouveaux chalutiers, que celle-ci soit entreprise avec ou sans le concours d’aides publiques ;
  • Interdire, sans plus attendre, l’utilisation des engins de pêche destructeurs qui entrent en contact avec les fonds marins comme la senne démersale.

2. Créer de véritables aires marines protégées

Les panels d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC) et la biodiversité (IPBES) s’accordent tous deux sur l’urgence à développer des aires marines protégées pour faire face au dérèglement climatique et à l’effondrement de la biodiversité. Dans son dernier rapport, le GIEC souligne ainsi que le second levier le plus efficace pour atténuer le réchauffement climatique réside dans la protection des écosystèmes naturels1IPCC (2023) AR6 Synthesis Report. Summary for policymakers. Figure SPM.7 . Lors de la COP15, la communauté internationale s’est d’ailleurs engagée à protéger 30% de nos terres et de nos eaux. Cependant, aujourd’hui en Europe, les aires marines dites « protégées » subissent le passage de redoutables engins de pêche industrielle qui raclent les fonds et détruisent les écosystèmes. En Europe, 86% des aires supposément « protégées » sont intensément exploitées avec des méthodes de pêche destructrices2Perry et al. (2022) : Extensive Use of Habitat-Damaging Fishing Gears Inside Habitat-Protecting Marine Protected Areas, et dans plus des deux tiers des aires marines  protégées du nord de l’Europe, le chalutage y est 1,4 fois plus intense que dans les zones adjacentes3Dureuil et al. (2018) : Elevated trawling inside protected areas undermines conservation outcomes in a global fishing hot spot. Il est donc urgent de créer un réseau cohérent et efficace d’aires marines protégées en Europe pour stabiliser le climat et assurer la conservation de la biodiversité et des écosystèmes européens.

NOS DEMANDES :

  • Protéger 30% des eaux européennes, dont un tiers sous « protection stricte » d’ici 2030 ;
  • Protéger 50% des eaux européennes, dont la moitié sous « protection stricte » d’ici 2050 ;
  • Contraindre les États membres à s’aligner sur la définition européenne de la « protection stricte », c’est-à-dire « des aires intégralement et légalement protégées pour conserver et/ou restaurer l’intégrité des espaces riches en biodiversité ainsi que leur structure écologique afin qu’ils maintiennent tous les processus écologiques en leur sein. Les processus naturels ne doivent pas être perturbés par des pressions anthropiques ou toute menace pour la structure globale et le fonctionnement de l’écosystème, même si ces pressions ont lieu à l’extérieur du périmètre de l’AMP »4Commission européenne (2022) : Commission Staff Working Document. Criteria and guidance for protected areas designations. ;
  • Interdire les infrastructures et activités industrielles dans les aires marines protégées, y compris la pêche industrielle telle que définie par l’UICN, c’est-à-dire la pêche pratiquée par des navires motorisés de plus de 12 mètres de long ainsi que « la pêche utilisant des dispositifs de chalut traînés ou remorqués le long des fonds marins ou de la colonne d’eau, et la pêche utilisant des sennes coulissantes et des grandes palangres »5UICN (2020) : Orientations pour identifier la pêche industrielle incompatible avec les aires protégées..
  • Placer sous protection stricte les zones de frai et de croissance pour les poissons, conformément aux recommandations du Plan d’action de l’Union européenne6Commission européenne (2023) : Plan d’action de l’UE :  Protéger et restaurer les écosystèmes marins pour une pêche durable et résiliente..
  • Protéger les oiseaux marins en plaçant sous « protection stricte », au plus tard en 2027, les eaux à proximité des îles abritant des colonies d’oiseaux marins et en limitant, d’ici 2030, la réduction de la biomasse des poissons fourrage à 60% de leur niveau d’avant pêche.

3. Arrêter de subventionner la destruction de l'océan

Depuis les années 1990, le rôle néfaste de certaines subventions dans la surcapacité et la surpêche est clairement établi. Les flottes de pêche industrielle, les plus destructrices, sont particulièrement dépendantes de ces subventions. En juin 2022, après vingt ans de négociations, les États membres de l’OMC ont conclu un accord visant à éliminer les subventions néfastes accordées au secteur de la pêche. Fournissant 18% des subventions mondiales allouées au secteur de la pêche, l’Union européenne est la deuxième entité politique qui finance le plus le secteur de la pêche après la Chine1Sumaila et al. (2019) : Updated estimates and analysis of global fisheries subsidies. À rebours de ses engagements internationaux et de sa volonté affichée d’éliminer les subventions à la pêche néfastes, l’Union européenne continue pourtant de soutenir un modèle destructeur et maintient le statu quo.

Une situation alarmante, alors que ces subventions publiques jouent un rôle clé dans le secteur et pourraient favoriser une véritable transition sociale et écologique. En France, en 2021, ces subventions publiques européennes et nationales s’élevaient à 327 millions d’euros, soit près de 30% du chiffre d’affaires du secteur de la pêche française2BLOOM (2024) A contre-courant. L’action publique et les enjeux de transition : synthèse des subventions publiques allouées au secteur de la pêche en France entre 2020 et 2022. Une analyse détaillée des bénéficiaires de ces aides témoigne d’un fléchage favorable à la pêche industrielle et aux méthodes de pêche destructrices : en France, en 2021, 63% de ces aides sont allées aux exonérations sur le carburant, pour une enveloppe de 206 millions d’euros qui bénéficie principalement aux pêches industrielles, plus consommatrices en carburant, moins respectueuses de l’environnement et moins pourvoyeuses d’emplois. A l’inverse, seules 11% de ces subventions recensées en 2021 sont identifiées comme des dépenses en faveur de la transition durable3BLOOM (2024) A contre-courant. L’action publique et les enjeux de transition : synthèse des subventions publiques allouées au secteur de la pêche en France entre 2020 et 2022.

NOS DEMANDES :

  • Interdire immédiatement les subventions aux pêches illicites, non déclarées et non réglementées et aux navires ayant commis des fraudes, du braconnage ou toute autre infraction à la loi ;
  • Interdire l’octroi de nouvelles subventions ou toute autre mesure de soutien financier susceptible de favoriser la surcapacité et la surpêche, le renouvellement ou l’augmentation de capacité des navires d’une longueur supérieure à 12 mètres et/ou utilisant des engins traînants ;
  • S’assurer que les navires utilisant des engins de pêche destructeurs bénéficient d’aides à la décarbonation à la seule condition qu’ils se convertissent à des méthodes à faible impact,
  • Interdire les investissements privés dans des projets qui seraient normalement inéligibles aux fonds européens, en particulier dans des projets visant à construire de nouveaux navires ou à moderniser la flotte de pêche industrielle.
  • Soutenir la mise en œuvre de l’accord de l’OMC sur les subventions à la pêche et encourager la poursuite des négociations en vue de l’adoption d’un accord complet.
  • Interdire la détaxe sur le carburant et prévoir un plan d’accompagnement du secteur pour sa transition vers un modèle respectueux du climat et de la biodiversité ;
  • Flécher la dépense publique pour la conversion du secteur de la pêche vers la performance à la fois écologique et sociale ainsi que vers des méthodes à faible impact carbone et respectueuses des habitats marins et de la diversité biologique de l’océan ;

4. Défendre la pêche artisanale

La pêche artisanale est confrontée à une crise sévère en raison de la diminution des ressources dans les eaux côtières et de la concurrence déloyale opérée par des navires industriels et des méga-chalutiers pouvant atteindre plus de 140 mètres de long et capturer jusqu’à 400 tonnes de poisson par jour. Il est donc urgent d’accorder un accès et des droits de pêche prioritaires aux petits pêcheurs qui représentent la majorité des emplois dans ce secteur et qui ont recours aux techniques de pêche les plus durables et les plus sélectives (engins dormants ou « passifs »). Une mesure conforme aux objectifs visés par l’article 17 de la Politique commune de la pêche (PCP), qui enjoint les États à intégrer des critères environnementaux et sociaux dans l’attribution des quotas. Mais depuis la dernière réforme de la PCP, seuls quelques États ont effectivement introduit ces critères, la plupart d’entre eux se fondant toujours sur le relevé des captures historiques et la taille des navires pour distribuer les quotas1Parlement européen (2022) Rapport sur la mise en œuvre de l’article 17 du règlement relatif à la politique commune de la pêche.

NOS DEMANDES

  • Donner la priorité à la pêche artisanale ayant recours à des engins dormants. Obliger ainsi les États membres à accorder les licences et quotas de pêche en priorité à la pêche artisanale ayant recours à des engins dormant, conformément à l’article 17 de la Politique Commune de la Pêche
  • Soutenir le développement de circuits courts et de chaînes de valeur à forte valeur ajoutée pour les produits de la pêche artisanale à faible impact
  • Réserver la bande côtière (12 milles nautiques) en priorité aux navires de moins de 12 mètres utilisant des arts dormants;

5. Exclure immédiatement les méga chalutiers de nos littoraux

Les eaux côtières – qui sont les zones où les pêcheurs artisans réalisent leurs captures – sont des nourriceries et des habitats essentiels pour les juvéniles de nombreuses espèces. La préservation de l’intégrité physique et biologique de ces zones est donc cruciale pour maintenir un océan en bonne santé1Cheminée et al. (2021) : All shallow coastal habitats matter as nurseries for Mediterranean juvenile fish. Par ailleurs, les petits pêcheurs ont des capacités de mobilité beaucoup plus réduites en raison de la taille de leur navire et de leurs équipements. Ainsi, là où les gros navires industriels, conçus pour pêcher au large, viennent concurrencer les petits navires dans les eaux côtières, ces derniers n’ont pas la possibilité de pêcher ailleurs et dépendent directement de la santé des écosystèmes côtiers. Cette concurrence déloyale nuit fortement à la survie de la petite pêche, très dépendante de la ressource côtière et qui est accaparée par les gros navires industriels. Actuellement, il n’existe aucune disposition légale pour protéger les pêcheurs côtiers des navires de plus de 25 mètres.

NOS DEMANDES :

  • Interdire les navires de plus de 25 mètres dans la bande côtière des 12 milles nautiques ;
  • Interdire dans la bande côtière des 12 milles nautiques innovations technologiques permettant d’accroître la pression de pêche sur les écosystèmes et les méthodes de pêche les plus destructrices comme la senne démersale (senne danoise, écossaise et affiliée) pour toutes les tailles de navires ;

6. Sortir de l'aquaculture non durable et notamment celle dépendante de la pêche minotière

Depuis les années 1990, l’aquaculture est présentée comme une alternative à la pêche pour réduire les captures en mer à l’échelle mondiale. Cependant, l’aquaculture a un impact de plus en plus important sur le milieu marin, cette industrie ayant connu une croissance de 250% au cours des 25 dernières années1FAO (2022) : La situation mondiale des pêches et de l‘aquaculture. Vers une transformation bleue. De manière directe, elle est à l’origine de pollutions marines en raison des excréments qui sont rejetés ainsi que des antibiotiques et des pesticides qui sont massivement utilisés dans les parcs aquacoles. De manière indirecte, elle impacte les écosystèmes terrestres et marins par sa dépendance, pour nourrir les poissons d’élevage, au soja OGM et à la pêche minotière. Or, la pêche minotière, qui utilise de petits poissons pélagiques pour produire des farines et des huiles destinées à la pisciculture et à l’élevage intensif de porcs, de volailles et d’autres animaux terrestres, a un impact majeur sur les écosystèmes marins2BLOOM (2017) : De la confiture aux cochons. L’envers du décor de l’aquaculture. : entre 1950 et 2010, ce sont ainsi 27% des captures mondiales de poissons qui ont été réduites en farine et en huile, alors que ces poissons sont parfaitement adaptés à la consommation humaine3Cashion et al. (2017) : Most fish destined for fishmeal production are food-grade fish. De plus, 10% de la production aquacole elle-même est utilisée pour produire de la farine de poisson ou de l’huile de poisson, qui servira à nourrir d’autres fermes aquacoles4Ibid..

NOS DEMANDES :

  • Interdire tout nouveau projet aquacole le long des littoraux, hormis les projets d’algoculture et de coquillages (huîtres, moules etc.) ;
  • Ne plus autoriser l’élevage d’espèces n’existant plus à l’état naturel, d’espèces carnivores et d’espèces invasives et proliférantes ;
  • Interdire la pêche minotière et l’utilisation de farines animales issues de cette pratique pour alimenter les espèces aquacoles ;
  • Interdire l’utilisation de farines végétales issues de cultures OGM, y compris le soja ;
  • Lutter contre l’utilisation illégale d’intrants interdits par l’Union européenne ;
  • Promouvoir des projets d’éducation citoyenne à la réduction de consommation de protéines animales.

7. Mettre fin au pillage des eaux lointaines par les flottes européennes

Environ 20 % des captures effectuées par les flottes de pêche de l’Union européenne sont réalisées en dehors des eaux communautaires, en partie dans le cadre d’ « accords de partenariat dans le domaine de la pêche durable » conclus avec des pays tiers1Parlement européen : Fiches thématiques sur l‘Union Européenne – Les relations internationales en matière de pêche. Ces accords de pêche, mis en œuvre dans la plupart des cas avec des pays du continent africain, renforcent la pression de pêche sur des espèces d’une importance cruciale pour la sécurité alimentaire et économique des populations locales. En Afrique de l’Ouest ou dans l’ouest de l’océan Indien ces accords de pêche internationaux participent à la surpêche des poissons pélagiques et des thons, parfois par le biais de techniques de pêche destructrices, comme la pêche au thon sur DCP (dispositif de concentration de poissons). Les DCP, radeaux qui agrègent artificiellement les populations de thon et facilitent leur capture grâce à leur géolocalisation, fournissent une telle assistance technologique aux pêcheurs industriels qu’ils sont aujourd’hui à l’origine de plus de 90% des captures européennes de thon tropical2BLOOM (2023) La grande distribution et le MSC alliés dans la destruction de l’océan. Mais surtout, ces DCP sont responsables de la mort d’innombrables espèces marines sensibles et menacées, telles que les requins, les tortues et les raies, et capturent de nombreux thons juvéniles : dans l’océan Indien, 97% des albacores capturés sous DCP sont des juvéniles. Les DCP constituent donc un obstacle direct à la reconstitution de cette population surexploitée. En dépit des alertes des scientifiques, l’Union européenne a consacré 142 millions d’euros en 2020 au renouvellement de ces accords de pêche dits « durables »3Ibid.. Par ailleurs, à cette destruction des écosystèmes s’ajoute une grande opacité dans les chaînes de valeur et accords conclus entre États et armateurs étrangers : les industries de pêche européenne possèdent de nombreux navires enregistrés sous pavillon étranger et des industries diverses de transformation et de mise en conserve du poisson en Afrique et Amérique du Sud. Enfin, destinées à assurer un flux de produits de la mer à vil prix vers le marché européen, ces entreprises n’ont que peu ou pas d’impact positif sur les économies locales, profitant souvent d’avantages fiscaux lors de leur implantation.

NOS DEMANDES :

  • Interdire, sans plus attendre, l’utilisation des DCP (dispositifs de concentration de poissons) pour tous les navires de la flotte de pêche européenne, y compris ceux opérant dans le cadre des accords conclus entre l’Union européenne et des pays tiers, et porter cette position au niveau international ;
  • Réformer les accords de pêche internationaux afin que les coûts liés à l’accès aux ressources halieutiques de la zone économique exclusive du pays partenaire soient intégralement pris en charge par les armateurs européens bénéficiaires de l’accord ;
  • Assurer une meilleure protection des communautés de pêcheurs locaux non subventionnés de la concurrence déloyale des grandes pêcheries étrangères largement subventionnées ;
  • S’assurer que les accords de pêche conclus par l’Union européenne avec des pays tiers se fondent sur des évaluations récentes (moins de 10 ans) des stocks ciblés ;
  • Garantir l’arrêt des activités de pêche menées par la flotte sous capitaux européens qui ciblent les stocks surexploités dans les eaux non communautaires ;
  • Soutenir au niveau international l’obligation de transparence et d’accessibilité publique des accords de pêche privés, c’est-à-dire des accords conclus entre un État et un armateur d’un pays tiers. Ces accords, courants y compris pour l’UE, restent à ce jour totalement opaques ;
  • Mettre en place un registre accessible au public des navires de pêche et des industries de transformation enregistrés et implantés à l’étranger dont des entreprises européennes sont les bénéficiaires effectifs (c’est-à-dire les propriétaires).

8. Promouvoir une représentation équitable de la petite pêche face aux lobbies industriels

Les lobbies industriels de la pêche ont acquis un poids démesuré sur la décision publique et dans la représentation politique du secteur. Cette situation est préjudiciable pour les petits pêcheurs dont les intérêts ne sont ni représentés, ni défendus. Mais elle pose également problème lorsque ces groupes d’intérêts interviennent au plus haut niveau de la décision, y compris en intégrant les délégations officielles de l’Union européenne1BLOOM (2023) : Pillage des eaux africaines : révélations inédites sur les lobbies thoniers.

NOS DEMANDES :

  • Garantir à la petite pêche artisanale une représentation équitable et proportionnelle à son importance sociale dans les instances européennes et nationales, notamment au sein des organisations professionnelles et des organisations de producteurs qui sont les interlocuteurs privilégiés des États membres et des institutions européennes ;
  • Interdire et sanctionner le recrutement de personnel et/ou de fonctionnaires ayant travaillé, au cours des cinq dernières années, pour des structures exerçant des activités de lobbying auprès des institutions européennes ;
  • Interdire l’intégration des lobbies industriels aux délégations officielles de l’Union européenne ;
  • Rendre publiques toutes les informations relatives aux activités des lobbies industriels de la pêche, y compris les interactions avec les institutions et les décideurs politiques, les positions défendues, l’identité des interlocuteurs, les dates, durées, objets des rendez-vous et les subventions ou tout autre forme de soutien financier octroyé par l’Union européenne ainsi que la nature exacte du projet pour lequel un soutien a été accordé.

9. Engager une réforme de la gouvernance des activités impactant l'océan, le plus grand "Commun" de la planète

Le temps politique n’est pas le temps de la nature, et encore moins d’un milieu aussi vaste, sauvage et essentiel que l’océan. Garantir la défense de l’intérêt général passe donc par une refonte totale des structures de gouvernance de l’océan à l’échelle européenne, en remettant prioritairement les citoyens au cœur de la décision politique. Ceci apparaît indispensable si l’on considère que l’océan et les ressources qui s’y trouvent constituent des biens communs. Dans cette même optique, toutes les informations s’y rapportant doivent être intégralement rendues publiques et transparentes.

NOS DEMANDES :

  • Extraire toutes les décisions concernant l’avenir de l’océan de la temporalité politique en garantissant que l’élaboration des stratégies d’orientation maritime soit le fruit d’une concertation avec les citoyens menée à l’échelle de l’Union européenne sur le modèle des conventions citoyennes ou de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.
  • Rendre publiques toutes les informations relatives aux activités des lobbies industriels de la pêche, y compris les interactions avec les institutions et les décideurs politiques, les positions défendues, l’identité des interlocuteurs, les dates, durées, objets des rendez-vous et les subventions ou tout autre forme de soutien financier octroyé par l’Union européenne ainsi que la nature exacte du projet pour lequel un soutien a été accordé.
  • Rendre plus en générale accessibles et transparentes toutes les données relatives à l’océan via un portail unique, notamment les données socio-économiques relatives au secteur de la pêche, les données brutes et non-anonymisées sur les bénéficiaires des subventions publiques ou encore les données et documents complets et à jour des organisations de producteurs relatifs aux critères d’allocation des quotas

10. Protéger la santé des citoyen.nes

Cinq des dix substances chimiques les plus préoccupantes pour la santé publique selon l’OMS sont fréquemment présentes dans des produits de la mer communément consommés à travers l’Union (mercure, arsenic, dioxines, plomb et cadmium)1OMS (2020) : 10 chemicals of public health concern. Pour protéger la santé publique, un règlement européen fixe les teneurs maximales autorisées en tenant compte de la contamination effective d’un produit2Règlement (UE) 2023/915 de la Commission européenne. Cependant, alors que la limite de mercure par kilogramme de poisson frais est fixée à 0,5mg/kg, une exception est faite pour les poissons les plus contaminés, en l’occurrence les poissons prédateurs comme le thon ou l’espadon. Pour ces espèces la limite maximale autorisée est doublée à 1 milligramme de mercure par kilogramme. Aucune raison sanitaire ne justifie cet écart. La responsabilité de veiller à ce que les denrées alimentaires mises sur le marché respectent les normes incombe aux exploitants du secteur alimentaire, mais aucune exigence stricte n’est fixée en termes de contrôles analytiques pour ces mêmes acteurs. En conséquence, les produits dépassant les teneurs maximales autorisées en substances toxiques sont fréquents sur le marché européen3Alertes sur le mercure signalées au RASFF en 2023-2024.

NOS DEMANDES :

  • Supprimer les régimes d’exceptions qui existent dans les teneurs maximales autorisées pour les espèces plus contaminées et s’aligner sur les seuils les plus protecteurs.
  • Renforcer l’exigence de contrôles sanitaires qui incombe aux exploitants du secteur alimentaire concernant les produits de la mer.
  • Prévenir les consommateurs et consommatrices des risques d’exposition à des substances toxiques et exiger des États membres de l’Union européenne des plans nationaux de prévention pour les produits de grande consommation dont les teneurs dépassent régulièrement les teneurs maximales autorisées, comme le mercure dans le thon ou l’espadon.

11. Sortir des énergies fossiles

En 2021, l’Agence internationale de l’énergie a publié sa feuille de route « Net Zero by 2050 » afin de déterminer une trajectoire carbone qui permette de limiter le réchauffement à 1,5°C, et conclut « qu’aucun champ gazier et pétrolier nouveau n’est nécessaire au-delà de ceux déjà approuvés »1Agence internationale de l‘énergie (2021) : Net zero by 2050 – A Roadmap for the global energy sector. Mais, en dépit de ces recommandations internationales et du consensus scientifique porté par le GIEC, les entreprises européennes sont loin d’avoir coupé les ponts avec l’industrie fossile. À l’heure actuelle, la consommation de pétrole ne diminue pas assez vite : quand bien même les États membres atteindraient leurs objectifs, la demande de pétrole n’aura diminué que de 16% en 20302Transport & Environment (2023) : New oil map: EU replaces Russian oil barrel for barrel as continent fails to cut demand et les réductions d’émissions de gaz à effet de serre seront largement insuffisantes3Commission européenne : Progress made in cutting emissions figure 1. Simultanément, les banques européennes continuent de soutenir l’expansion fossile et ont fourni plus de 1 300 milliards de dollars aux énergies fossiles depuis l’Accord de Paris, et 30 milliards de dollars aux 100 principaux développeurs d’énergies fossiles rien qu’en 20224Reclaim Finance (2023) : Les banques européennes parmi les principaux moteurs de l’expansion fossile.

NOS DEMANDES :

  • Interdire aux entreprises établies sur le sol européen de participer de quelque manière que ce soit, directement ou indirectement, au développement de projets fossiles approuvés après 2021, aussi bien au sein de l’Union européenne qu’à l’étranger ;
  • Interdire toute forme de financement public aux projets fossiles et aux entreprises engagées dans le développement de nouveaux projets fossiles aussi bien au sein de l’Union européenne qu’à l’étranger ;
  • Interdire au secteur financier européen de fournir des services aux entreprises fossiles qui ne renonceraient pas à développer de nouveaux projets d’exploration et d’exploitation des énergies fossiles ;
  • Soutenir l’adoption d’un traité international de non-prolifération des énergies fossiles et porter une législation européenne en la matière ;
  • Compléter les objectifs européens de réduction d’émissions de gaz à effet de serre avec des obligations chiffrées de réduction de la consommation et de la production d’énergies fossiles.

12. S'assurer que les énergies renouvelables respectent les écosystèmes marins et la petite pêche

En mars 2023, l’Union européenne s’est fixée l’objectif de porter à 42,5% la part d’énergies renouvelables à horizon 20301Parlement européen (2023) : Fiches thématiques sur l’Union européenne, Énergies renouvelables, ce qui nécessite une augmentation considérable de la capacité éolienne installée. En effet, alors que l’Union européenne compte aujourd’hui un peu plus de 204 GW de puissance éolienne installée, elle vise une capacité éolienne installée de plus de 500 GW en 20302Commission européenne (2023) : La Commission définit des mesures immédiates pour soutenir l’industrie éolienne européenne. Si le déploiement de l’éolien en mer semble nécessaire pour atteindre ces objectifs climatiques et énergétiques, celui-ci ne doit pas pour autant se faire au détriment de la protection des écosystèmes océaniques. En effet, dans son rapport de mars 2023, le GIEC soulignait que le second levier le plus efficace pour atténuer le réchauffement climatique résidait dans « la conservation des écosystèmes naturels, la séquestration du carbone et la restauration des écosystèmes »3GIEC (2023) AR6 Synthesis report. Climate change 2023. Summary for policymakers. Figure 7.. Un constat témoignant de l’importance vitale à ne pas dissocier développement des énergies renouvelables et protection des écosystèmes dans le cadre d’une politique de transition énergétique visant l’efficacité, la sobriété et la décarbonation.

NOS DEMANDES :

  • Interdire tout projet d’énergie marine renouvelable, y compris l’éolien offshore, en cours ou à venir, dans les aires marines protégées ;
  • Définir des zones d’appels d’offre suffisamment éloignées des côtes pour éviter la destruction des écosystèmes côtiers vulnérables et préserver la filière de la pêche artisanale ;
  • S’assurer que les projets éoliens en mer sont soumis à la recherche systématique d’une zone d’implantation alternative lorsque les études d’impact préalables mettent en lumière l’existence de risques pour les habitats et les espèces protégées ;
  • Redonner du poids aux critères sociaux, environnementaux et écologiques dans le processus de mise en concurrence des candidats.

13. Mettre fin à la pollution plastique, notamment celle causée par la pêche

L’océan étouffe sous une marée de plastique : la quantité de déchets plastiques dispersés dans ses eaux aujourd’hui est estimée à près de 200 millions de tonnes. Entre 9 et 23 millions de tonnes s’y ajoutent chaque année et ce chiffre pourrait atteindre 53 millions de tonnes par an en 2040 si des mesures fortes ne sont pas prises pour contrer ce phénomène1UN environment program : From pollution to solution,. A global assessment of marine litter and plastic pollution. Échoués sur les plages et les récifs coralliens, flottant à la surface, coulant dans les fonds marins ou dégradés en microplastiques, ces déchets constituent une menace pour la santé de l’océan et de ses habitants. Les origines des déchets plastiques rejetés dans l’océan sont diverses, mais le secteur de la pêche joue un rôle important : 10% de ces débris seraient issus des engins de pêche perdus ou abandonnés2Gilman (2015) : Status of international monitoring and management of abandoned, lost and discarded fishing gear and ghost fishing. Outre la létalité de ces engins et « filets fantômes » sur les animaux marins, ces débris se retrouvent aussi sous forme de microplastiques et contribuent donc à la pollution des écosystèmes.

NOS DEMANDES :

  • Engager un plan européen ambitieux pour minimiser la création de déchets plastiques, favorisant la commercialisation de produits réutilisables et réparables, prenant ainsi en considération l’ensemble de leur cycle de vie.
  • Étendre l’interdiction de vente à tous les produits en plastique jetables, qui ne s’applique actuellement qu’à certains produits tels que les pailles et les assiettes jetables.
  • Mettre en place un système d’identification et de suivi des engins de pêche afin de prévenir et détecter les pollutions, abandons, pertes et rejets en mer ;
  • Soutenir l’adoption d’un traité international ambitieux pour lutter contre la pollution plastique, en particulier celle provoquée par les « engins de pêche fantômes ».

14. Adopter un moratoire international sur l'exploitation minière dans les eaux profondes

L’exploitation minière dans les grands fonds marins met sciemment en danger des écosystèmes précieux, fragiles et méconnus et qui pourraient difficilement récupérer leur biodiversité et santé originaires une fois perturbés. Elle représente une menace grave pour le climat en libérant des sédiments marins le carbone qui y est stocké tout en contrevenant aux obligations internationales qui visent à assurer la protection du milieu marin1Deep sea conservation coalition (2022) : Deep-sea mining: factsheet 2. Deep-sea mining: the science and potential impacts. L’exploitation minière des fonds marins vise à l’extraction de cobalt, nickel, manganèse et autres minerais utilisés pour fabriquer des dispositifs électroniques. La justification principale repose sur la nécessité de faire évoluer le parc automobile vers une motorisation électrique, qui nécessite aujourd’hui des quantités importantes de ces matières pour la production des batteries des véhicules électriques. Cependant, les batteries de nouvelle génération, qui n’exploitent pas ces métaux, occupent une part de plus en plus importante du marché, rendant ainsi l’exploitation minière en eaux profondes superflue d’un point de vue économique et technologique2Blue Climate Initiative (2023) : Next Generation EV Batteries Eliminate the Need for Deep Sea Mining.

NOS DEMANDES :

  • Interdire les activités extractives dans les fonds marins situés dans les eaux de l’Union européenne ;
  • Soutenir l’adoption d’un moratoire international sur l’exploitation minière des fonds marins au sein de l’AIFM ;
  • Interdire tous les financements publics et privés aux projets d’exploitation des grands fonds marins, en s’assurant que les acteurs financiers établis sur le sol européen ne participent au financement d’aucun projet, ni d’aucune entreprise engagée dans l’exploitation minière des fonds marins.

15. Sanctuariser les pôles

Bien qu’ils soient encore parmi les régions les moins anthropisées de la planète, les pôles attisent la convoitise de ceux qui y voient une source de ressources naturelles encore largement inexploitée. Mais les pôles sont surtout les habitats parmi les plus menacés par le changement climatique1GIEC (2019) :  Rapport spécial sur les océans et la cryosphère dans le contexte du changement climatique, chapter 3 : Polar regions. Les régions polaires sont en ébullition : au cours des deux dernières décennies, elles ont connu un réchauffement moyen plus de deux fois supérieur à celui du reste de la planète, et les eaux de l’Antarctique ont contribué à elles seules à environ 40 % de l’accumulation de chaleur des masses océaniques depuis 1970. Ces augmentations de température, combinées à l’acidification de l’eau, perturbent l’équilibre des écosystèmes à la fois au-dessus et au-dessous de la surface des océans, menacent la survie des populations locales et constituent une menace plus large pour l’ensemble de la biosphère. La fonte des glaces et la libération des immenses quantités de méthane piégées dans le permafrost en réchauffement, ne sont que quelques-unes des menaces. Préserver les régions polaires, c’est protéger notre futur et l’habitabilité de la planète entière.

NOS DEMANDES :

  • Demander un moratoire international sur toutes les activités économiques développées au niveau des régions polaires, à la seule exception des activités menées par les communautés locales historiquement installées dans la région. Cela inclut les explorations et extractions d’énergies fossiles, les projets miniers, le transport maritime de marchandises et le tourisme ;
  • Transformer les régions polaires en réserves naturelles internationales afin d’assurer leur meilleure protection ;
  • Garantir un soutien aux communautés autochtones historiquement installées dans les régions polaires pour qu’elles puissent s’adapter aux changements climatiques et environnementaux, dans le cadre d’un processus mené et défini par les communautés elles-mêmes, en Europe et à l’étranger.

Ils·elles s’engagent à défendre publiquement et au Parlement européen les 15 points pour l’océan, le climat et les emplois :

Liste par ordre alphabétique de nom de famille. Les candidats tête de liste sont marqué.es en gras.

  • Brice Allemandou La France insoumise
  • Nadia Aouchiche La France insoumise
  • Leila Arfoutni La France insoumise
  • Clément Artigue Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Manon Aubry, La France insoumise
  • Mohamed Awad La France insoumise
  • Matthieu Barberis La France insoumise
  • Zerrin Bataray Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Marion Beauvalet La France insoumise
  • Dalale Belhout La France insoumise
  • Reda Belkadi La France insoumise
  • Huguette Bello La France insoumise
  • Anaïs Belouassa Cherifi La France insoumise
  • Brahim Ben Ali La France insoumise
  • Pierre Benassaya Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Mohamed Bensaada La France insoumise
  • Maxime Bergonso La France insoumise
  • Nicolas Berjoan Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Benoît Biteau Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Benoït Bourges Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Logan Brague Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Charles Braine Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Zohra Brian La France insoumise
  • Saskia Bricmont, Ecologistes Confédérés pour l’Organisation de Luttes Originales
  • Maël Brillant La France insoumisJoêl Broc Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Jean-Marie Brom La France insoumise
  • Pierre-Yves Cadalen La France insoumise
  • Mélissa Camara Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Diara Camarra Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Kevin Capron La France insoumise
  • Jonas Cardoso Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Damien Carême La France insoumise
  • Pierre Carret Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Stéphanie Cauzit La France insoumise
  • Bérenger Cernon La France insoumise
  • Virginio Cestaro La France insoumise
  • Leïla Chaibi La France insoumise
  • Jacques Chanudet Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Juliette Charlot La France insoumise
  • Vanessa Chauvin Degenne Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Latifa Chay La France insoumise
  • Isabelle Chenou La France insoumise
  • Hacene Chibane Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Billy Chretien Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Mehdi Chtioui La France insoumise
  • Florence Claudepierre La France insoumise
  • David Cormand Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Muriel Courtay Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Laure Curvale Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Xavier Czapla La France insoumise
  • Maxime Da Silva La France insoumise
  • Jean-Thomas Debe La France insoumise
  • Gwendoline Delbos-Corfield Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Stéphanie Dembak-Dijoux Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Claire Desmares Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Marion Détais La France insoumise
  • Théo Devos Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Abdoulaye Diarra Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Pauline Dumas La France insoumise
  • Loris Dumas Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Christophe Dumont Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Gwenael Floch Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Cécilia Fonseca La France insoumise
  • Lancelot Forestier Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Emma Fourreau La France insoumise
  • Sven Franck, Volt France
  • Émile Fromont La France insoumise
  • François Garcau Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Flora Ghebali Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Raphaël Glucksmann Place Publique (en liste avec le Parti Socialiste)
  • Christelle Gobert La France insoumise
  • Régis Godec Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Armelle Granger Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Claude Gruffat Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Camille Hachez La France insoumise
  • Emeline Hamon Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Rima Hassan La France insoumise
  • Nolwen Henry Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Louise Heritier La France insoumise
  • Philippine Heyman La France insoumise
  • Annabelle Huet La France insoumise
  • Daniel Ibanez La France insoumise
  • Mickael Idrac La France insoumise
  • Valérie Jacq La France insoumise
  • Justine Jadot Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Yannick Jadot Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Eva Joly Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Lynda Kebbas La France insoumise
  • Amine Kessaci Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Nacer Ketane Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Abdelkader Lahmar La France insoumise
  • Christian Lammens Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Michel Larive La France insoumise
  • Pierre Larrouturou, Nouvelle Donne (Changer l’Europe)
  • Gabriel Laumosne Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Aurélien Le Coq La France insoumise
  • Beatrice Leccia Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Marielle Lemaitre La France insoumise
  • Guillaume Lescaut La France insoumise
  • Bernard Leterrier Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Albert Levy La France insoumise
  • Alix de Lisle (Changer l’Europe)
  • Auréliano Lopes La France insoumise
  • Nahima Lounis La France insoumise
  • Florence Loury Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Priscilla Ludosky Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Axel Maignan La France insoumise
  • Anna Maillard Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Noël Mamere Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Sophie Marinopoulos Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Camille Mayzoue Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Jean-Luc Mélenchon La France insoumise
  • Marie Mesmeur La France insoumise
  • Marina Mesure La France insoumise
  • Juliana Metivier Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Bénédicte Monville Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Nina Morel, Allons Enfants (Changer l’Europe)
  • Lou Noirclere Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Martine Nourry Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Younous Omarjee La France insoumise
  • Aminata Pallud Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Muriel Pascal La France insoumise
  • Manon Pellicori Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Grégory Perche La France insoumise
  • Sandra Pereira-Ostanel La France insoumise
  • Allan Popelard La France insoumise
  • Sophia Popoff Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Valentin Porte Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Marie Questiaux Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Mael Rannou Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Pauline Rapilly Ferniot Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Nordine Raymond La France insoumise
  • Maud Rebibou Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Caroline Reys Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Asma Rhmaoui-Claquin La France insoumise
  • Laetitia Rigaudière La France insoumise
  • Valérie Robert La France insoumise
  • Delphine Rochet Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Caroline Roose Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Jeremy Roques Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Arash Saeidi La France insoumise
  • Chloe Sagaspe Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Anne Sanchez La France insoumise
  • Helene Sanchez Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Carine Sandon La France insoumise
  • Mounir Satouri Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Jeremy Savatier Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Rachel Savin-Puget Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Majdouline Sbai Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Anthony Smith La France insoumise
  • Corentin Soleilhac Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Yohann Taillandier La France insoumise
  • Laurent Thérond La France insoumise
  • Myriam Thieulent La France insoumise
  • François Thiollet Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Marine Tondelier Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Perrine Torrent Alternative Alsacienne
  • Marie Toussaint Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Jean-Christophe Turpin La France insoumise
  • Lilla Uveges Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Laura Vallée Hans La France insoumise
  • Kévin Vercin La France insoumise
  • Manela Vesaphong Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Séverine Véziès La France insoumise
  • Maxime Viancin La France insoumise
  • Cedric Villani Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Michael Vincent Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Ingrid Viot La France insoumise
  • Brigitte Vitry Les Écologistes (Europe Écologie les Verts)
  • Melanie Vogel Les Écologistes (Europe Écologie les Verts

Les noms en gras correspondent aux têtes de liste. 

Vous aussi, agissez pour l'Océan !

Faire un don
Réservation en ligne
Je réserve un hôtel solidaire

Je réserve un hôtel solidaire

Achat solidaire
Je fais un achat solidaire

Je fais un achat solidaire

Mobilisation
Je défends les combats de BLOOM

Je défends les combats de BLOOM

Contre-pouvoir citoyen
J’alerte les décideurs

J’alerte les décideurs